L’image choquante est placardée partout: un enfant syrien inerte, noyé, devient le fer de lance de la bonne conscience immigrationniste contre les réticences des populations européennes face à la déferlante des migrants. Sommes-nous collectivement coupables de la mort de cet enfant? Pour les partisans de l’accueil qui dominent dans les médias, la réponse est oui.…

Source : La stratégie de l’enfant mort – Les Observateurs

Publicités